Histoire

20150806_132219_Richtone(HDR)La Grée Saint Laurent vient de “Krech” ou “Kreic’h” (hauteur) et de Saint Laurent qui est le titulaire de son église (Joseph-Marie Le Mené- 1891)

La Grée Saint Laurent est, semble-t-il, un démembrement du territoire de Lanouée. Ancienne trève de Mohon, La Grée Saint Laurent dépendait autrefois du doyenné de Lanouée et de l’évêché de Saint-Malo. On y trouve dès le XIVème siècle deux seigneuries appartenant l’une à Jean de Montauban et l’autre à Jean Le Prévost.

La trève de Grée Saint Laurent est érigée en paroisse au XVIIIème siècle, puis unie à celle d’Hélléan au début du XIXème siècle. La Grée Saint Laurent est érigée comme commune en 1790, dépendant d’abord du canton de Lanouée, puis rattachée en 1800 au canton de Josselin. En 1801, la paroisse de Grée Saint Laurent sera rattachée au diocèse de Vannes.
20150806_131909

Ancienne trève de Mohon, et du diocèse de Saint-Malo, La Grée Saint Laurent est limitée au nord et à l’ouest par Lanouée, au sud par la Croix  et Hélléan, à l’est par  le cours du Ninian, qui la sépare de Saint-Malo-des-trois-fontaines, ou de Mohon.  Il est possible que la Grée ait été une section de Lanouée, avant d’être une trève de Mohon. Quoi qu’il en soit, ce petit territoire renferme en 1891 une population de 351 habitants, sur une superficie de 790 hectares, dont la moitié est en landes.